Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Guy Leroy

L'installation, la préparation du matériel, le choix du support 
et du sujet

Travaillez dans un local bien éclairé et ventilé. Vous pourrez ajouter à l'établi un plan de travail
accoudoir ; ce dispositif se révélera très pratique pour appuyer l'avant-bras, surtout pour le filage. L'outil indispensable pour réaliser des filets est la tournette. Prévoyez quelques rayonnages pour recevoir les objets à décorer ou en cours de réalisation. Un petit meuble à tiroirs multiples vous permettra de ranger les couleurs par tonalité.

Le choix des pinceaux est capital. Il réside surtout dans la qualité du poil (martre Kolinsky et petit-gris, de préférence) qui doit être souple et nerveux à la fois. Un pinceau donne son meilleur effet après avoir été utilisé pendant un certain temps. Après usage, les pinceaux doivent être soigneusement nettoyés. On n'emploiera jamais le même pinceau pour l'or et la couleur. L'or est très sensible et toute trace de peinture risque d'altérer son éclat. Inversement, les traces d'or dans la couleur apporteront des nuances violettes indésirables. Il est conseillé d'utiliser un pinceau par couleur au cours du décor.


Pour malaxer la couleur, une spatule de bonne qualité est nécessaire. Elle doit être en acier inoxydable, ni trop dur, ni trop souple. Il est recommandé d'utiliser comme palette une plaque de verre ou un carreau de faïence émaillé pour la préparation de la couleur. Une autre palette à alvéoles et munie d'un couvercle permet de conserver les restes de couleurs. Un godet en verre ou en porcelaine avec couvercle sera aussi nécessaire pour recevoir l'or liquide. Un grattoir sera un instrument pratique permettant de corriger, après séchage de la couleur, une maladresse quelconque. Pour polir l'or, on utilisera soit du sable à polir que l'on conservera dans une petite boîte ad hoc, soit un pinceau en fibre de verre appelé pinceau pour polir l'or. Cet outil comportant de fines particules de verre qui se détachent à l'utilisation, il est indispensable de se protéger. Un chiffon propre en fil complétera votre matériel.


Les couleurs pour la peinture sur porcelaine sont des couleurs vitrifiables destinées au décor de "petit feu", c'est-à-dire à une température de 780 à 860°C. En d'autres termes, il s'agit d'un genre de verre coloré et pulvérisé. La couleur pour porcelaine est donc translucide. Les seuls métaux qui peuvent être employés à l'état métallique pour la décoration sont l'or, le platine et l'argent. Ce sont en effet les seuls qui résistent à l'action de l'oxydation et de la chaleur. Le peintre débutant commencera avec environ six couleurs. Au fur et à mesure qu'il élargira ses connaissances, il pourra compléter sa palette jusqu'à trente tons environ.


Couleurs de base : bleu bleuet (13), vert mousse (94), pourpre rose (116), pourpre riche (114), jaune bouton d'or (41), rouge fer (56). Il ne vous reste plus qu'à sélectionner le support, destiné à être décoré, ainsi que le sujet à y peindre. De nombreux motifs à reproduire sont rassemblés, par
thème, dans les cahiers Schira.

La mise en oeuvre

a réussite d'une bonne peinture dépend en grande partie de la préparation de la couleur, qui
demande un certain apprentissage. On ne prépare que la quantité de couleur dont on a besoin. 
Il existe deux façons de préparer la couleur :

Couleur en poudre préparée avec de l'essence de Térébenthine et de l'essence grasse

Prendre, au moyen de votre spatule, un volume de couleur équivalent à la grosseur d'un petit pois.
Travailler cette poudre sur une plaque de verre en y ajoutant quelques gouttes d'essence de Térébenthine jusqu'à obtention d'une pâte lisse. Ajouter une goutte d'essence grasse et malaxer rapidement. Une préparation idéale doit permettre une application aisée de la couleur. La couleur ne doit pas s'étaler après l'application, ni se répartir d'une façon irrégulière sous l'effet du pinceau. Si la proportion des essences est bonne, la couleur doit devenir mate quelques minutes après son application. Si la quantité d'essence grasse est trop élevée, la couleur s'étalera et son modelage
disparaîtra. Retravailler alors la masse avec un peu de poudre, ou refaire une nouvelle masse.

Couleur en poudre préparée avec du médium universel

Mélanger la couleur à quelques gouttes de médium jusqu'à obtention d'une pâte lisse, et ajouter goutte à goutte du médium jusqu'à ce que la couleur puisse s'appliquer aisément. Les couleurs à base d'or, telles que le pourpre rose, le pourpre riche et le violet, exigent un mélange plus long, voire une préparation anticipée. Lorsque, pendant le travail, la peinture s'épaissit, ajoutez une goutte de médium (ou de Térébenthine si vous l'avez préparée avec de la Térébenthine et de
l'essence grasse) et mélangez bien. Il faut veiller à ce que la peinture soit de bonne consistance, ni trop grasse, ni trop sèche. Elle doit s'appliquer facilement.

La cuisson

La température de cuisson est importante et influe sur la vivacité des tons. Pour être définitivement fixées dans l'émail de la porcelaine, les couleurs Schira doivent subir une à plusieurs cuissons d'environ trois heures chacune à une température comprise entre 780 et 860°C. Veiller à ce que la cuisson, ainsi que le préchauffage et le refroidissement du four, soient bien faits compte tenu de la nature des produits. L'achat d'un four représentant un investissement important, il est possible de porter ses pièces à cuire dans certains clubs ou magasins de loisirs créatifs pour un prix raisonnable.

Quelques conseils...

Afin de bien se familiariser avec les couleurs, il est vivement conseillé de préparer une palette. C'est la meilleure façon de se rendre compte de la façon dont les couleurs changent pendant la cuisson. La palette peut être une grande assiette blanche plate, préalablement nettoyée à l'alcool. Disposer les couleurs dans un ordre chromatique, en les posant par un mouvement du pinceau de l'intérieur vers l'extérieur, et inscrire le numéro de chaque couleur à côté de la touche. Puis procéder à la cuisson.

Certaines couleurs nécessitent une cuisson à une température moins élevée (680 à 700°C) : 
il s'agit essentiellement des rouges, des ors et des couleurs à base de cadmium.


Etant donné que la couleur pour porcelaine est translucide, la superposition de plusieurs couches ou
l'accumulation de la couleur donne une intensité toujours plus grande. Le rôle du "coup de pinceau"
est donc déterminant, car il permet non seulement d'appliquer la couleur, mais de la "modeler".


Lorsque le premier coup de pinceau ne donne pas un résultat assez foncé, il faut reprendre de la couleur et peindre une deuxième couche. Veiller cependant à ce que celle-ci ne soit pas trop épaisse, car une couche de couleur trop épaisse a tendance à se craqueler et à s'écailler.


Tant que les motifs ne sont pas cuits, on peut les corriger ou même les effacer au moyen d'essence de Térébenthine.

Vous pouvez utiliser un poncif pour la reproduction de motifs sur porcelaine. Il s'agit d'un papier carbone spécial porcelaine destiné à reporter les motifs décalqués. Il ne graisse pas et disparaît à la cuisson.

Commenter cet article