Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Guy Leroy



L'agriculture est une activité de première importance pour l'économie bolivienne. Elle emploie pratiquement la moitié de la population active du pays et représentait environ 20 % du PNB en 1993. Bien que la Bolivie soit aujourd'hui autosuffisante en ce qui concerne la production de sucre, de riz et de viande, elle doit encore importer certaines denrées alimentaires. Les principales cultures boliviennes sont les pommes de terre, la canne à sucre, le coton, le café, le maïs, le riz et le blé. À côté de ces cultures légales, il existe un autre type de production: une grande partie du revenu agricole provient, en effet, de la culture et de la transformation illégales des feuilles de coca, à partir desquelles est fabriquée la cocaïne. Le gouvernement bolivien a essayé de substituer aux plantations de coca d'autres cultures, mais cette substitution a soulevé de nombreuses difficultés et la coca demeure l'une des principales sources de revenus du pays.

Les forêts couvrent une importante superficie du territoire, mais leurs exploitation devient de plus en plus intensive et une gestion prudente s'impose pour éviter une dégradation de l'environnement. Environ 8 % du territoire de la Bolivie est actuellement protégé, et c'est le premier pays à avoir conclu un accord d'échange de "dette-pour-nature" par lequel les dettes internationales sont effacées en échange de la protection des régions menacées. Cet accord représente 800 000 ha, principalement dans la forêt tropicale humide, particulièrement riche en biodiversité.

Commenter cet article

oiseau 15/11/2009 19:37


Il est très important de protéger cette fôret tropicale qui est indispensable à l'équilibre biologique de notre planète et non seulement ceci mais aussi protéger des espèces végétales
indispensables à la production de futurs médicaments.....Malheureusement le Brésil continue à brûler sa fôret en échange de terres si peu cultivables.....Où est le progrés lorsqu'on le détruit pour
des rentabilités insignifiantes   mais l'espèce humaine vit trop sur sa compétition et oublie sa raison première..


Françoise 21/09/2009 06:25

Cela ressemble au marché de chez nous, en plus calme !Elle ne respire pas la joie de vivre, mamie....

Bernard 20/09/2009 13:29

D'après les portraits que tu nous présentes le boliviens ont l'air vraiment tristes ! Sont-ils tous comme cela ou as-tu des photos où ils respirent la joie de vivre ?