Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Guy Leroy



Lorsqu'on vient d'une famille pauvre d'Indiens boliviens, difficile de s'imaginer qu'on pourra un jour devenir Président. Surtout quand les parents sont paysans, que les frères et soeurs survivent tant bien que mal. Evo Morales vient de là. La classe sociale la plus oubliée et maltraitée du pays. Celle où l'on arrête le lycée pour travailler.

Pendant plusieurs années, Evo Morales vivote. Maçon, boulanger, même trompettiste, il décide finalement, après son service militaire, de devenir agriculteur dans la zone du Chapare, là où l'on cultive de la coca.

Mais les choses se compliquent. Les Etats-Unis disposent dans cette région de forces militaires qui détruisent régulièrement les plantations des paysans. Les révoltes contre l'occupant se multiplient, et Evo Morales adhère au syndicat des colonisateurs du Chapare. Il devient vite le dirigeant du mouvement des cocaleros, les producteurs de coca. Et défend auprès du gouvernement ces petits paysans en dénonçant l'amalgame des Etats-Unis entre coca et cocaïne.

Fondant le Mouvement vers le socialisme, la révolte entre en politique. Evo Morales devient député en 1998. En même temps, le pays gronde. Pendant trois ans, la situation a des airs de guerre civile. Les petits producteurs alliés aux ouvriers revendiquent la nationalisation des ressources naturelles. Les gouvernements tombent comme des mouches, deux présidents sont contraints à la démission.

Evo Morales est élu sur la promesse de rétablir la justice et l'équité en 2005. Il s'engage à être sévère contre le trafic de drogue tout en laissant les paysans cultiver la coca. La présence militaire américaine ne sera bientôt qu'un lointain souvenir. Et la nationalisation des ressources du pays mise en place par son gouvernement.

Mais évidemment, la question fâche. La Bolivie dispose d'hydrocarbures et du premier gisement de gaz naturel de tout le continent. Les prix augmentent, et la compagnie nationale est la seule autorisée à distribuer les ressources. De quoi provoquer des tensions avec les grands groupes énergétiques, et de susciter la colère des voisins argentin et brésilien, voraces en gaz bolivien.

Devenu le premier Amérindien président de Bolivie, Evo Morales symbolise l'avancée de la gauche en Amérique latine.

La question est encore de savoir s'il est plus influencé par 
Lula que par Hugo Chavez ou Fidel Castro
,

Commenter cet article

oiseau 02/11/2009 20:08


Vrai que la misère entraîne des changements au coeur d'une politique...mais il ne faut pas pour cela que cela devienne une dictature....


Guy Leroy 14/11/2009 20:16


La dictature semble probable en Bolivie. On verra celà dans quelques mois.


docline 23/09/2009 21:49


Une forte impression au retour de mon voyage en Bolivie: Sur le plan intérieur Evo Morales se met fortement en danger par manque de bon sens élémentaire ou/et par manque de conseillers compétents.


Stéphane 18/09/2009 11:56

Des articles très intéréssants, on en apprend beaucoup

paysage 14/09/2009 19:27

je pense que l'individu seul ne peut rien : il a besoin d'appui politique pour se faire entendre... Seulement le problème c'est que la politique de quelque bord qu'elle soit pervertit l'idée et l'homme qui l'a émise... Il faut faire des compromis et c'est à l'encontre de l'idéalisme initial... Il faudrait changer le monde mais c'est de l'uthopie. De toute façon "le chacun pour soi" est devenu monnaie courante et puis on se réfugie derrière cette excuse que "c'est humain"....En tout cas vos articles sont de plus en plus complets. L'artiste deviendrait-il écrivain ? Je ne peux commenter chaque photos car toutes m'inspirent mais une certitude : ce voyage a du être passionnant pas seulement pour ces magnifiques photos mais pour le mal que vous vous donnez à commenter ce pays...Continuez

Françoise 14/09/2009 06:34

Il est dommage de posséder autant de richesses et de ne pas savoir les exploiter.Malgré tout, je peux comprendre que la mojorité des boliviens soient fiers d'avoir un président qui soit issu du même milieu qu'eux....