Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Guy Leroy

.
Le mythe du gaucho est attaché à l'Argentine et notamment à la Pampa, ces grandes plaines situées à l'ouest et au nord du pays. Il représente la figure du cow-boy de l'hémisphère sud, le symbole de la liberté et des grands espaces.

L'étymologie du mot gaucho n'est pas claire, venant probablement d'un mot indien voulant dire orphelin. A l'origine, ce terme était employé pour qualifier des bandits avant de devenir le nom des gardiens de troupeaux.

Les premiers gauchos étaient généralement des métis issus de populations indiennes et de colons espagnols. Les gauchos ont acquis un grand prestige lié à leur rôle dans la guerre d'indépendance contre les forces royalistes espagnoles.

Au 19ème siècle, le développement du pays et des élevages a contribué à sédentariser les gauchos, à les enfermer dans des espaces clos pour en faire des paysans.

 

Depuis, les gauchos vivent au cœur des estancias, ces vastes exploitations qui sont aujourd'hui au nombre de soixante en Patagonie, et qui incarnent l'aristocratie terrienne. Ce sont les estancias qui ont introduit l'élevage de moutons en Patagonie, au siècle dernier, bien après que celles de la Pampa aient développé l'élevage de bovins.

Actuellement, les troupeaux de moutons peuvent atteindre quelque 50 000 têtes, et la production de laine constitue l'un des moteurs essentiels de l'économie de l'Argentine, et l'une des exportations les plus importantes après les céréales.

Durant l'année, les gauchos habitent à des kilomètres à cheval de la ferme centrale, et sont responsables d'une parcelle de la propriété. Ils habitent une maison en bois, parfois avec leur famille. Ils possèdent plusieurs chevaux et des chiens de bergers.

 

Leur quotidien se passe à cheval à surveiller les troupeaux de manière solitaire, compter le bétail et contrôler l'état des clôtures. Les bêtes vivent en semi-liberté, lâchées sur d'immenses superficies pour être rassemblées plusieurs fois par an. Ce sont les transhumances.

Ainsi, au début de l'été austral, les gauchos conduisent les immenses troupeaux vers la ferme centrale des estancias pour qu'ils y soient tondus. Cet épisode de la vie des estancias est très spectaculaire et rassemble tous les protagonistes des estancias qui attendent cet événement avec impatience car il rompt la monotonie quotidienne.

 

A cette occasion, les gauchos emmènent leurs troupeaux respectifs, puis les reconduisent après la tonte vers leur domaine attitré, alors que la laine est expédiée par bateau vers leur pays d'importation.
.

 

DSC01148-copie-1.JPG.
DSC01155.JPG.
DSC01156.JPG.

DSC01159.JPG.
DSC01196.JPG.
DSC01198.JPG

 

Commenter cet article

Françoise 25/03/2008 06:11

Le calme, la solitude, le grand air, les grands espaces..Une façon bien différente de vivre. Ils ne doivent pas connaitre le stress ou alors de façon différente....

Guy Leroy 26/03/2008 22:44


Ils sont stressés. La solitude, le climat, les querelles. Leur vie n'est pas facile. Lisez les nouvelles de Francisco Coloane, vous verrez...


andrée 24/03/2008 21:12

Je rajoute : quelle différence mais au fond, toujours ce même besoin de vivre en harmonie.

Guy Leroy 26/03/2008 22:48


Oui les hommes vivent en harmonie avec la nature, la mer, l'immensité, les animaux, c'est très extraordinaire.


andrée 24/03/2008 21:11

Quand je vois ces étendues, la vie rude .. et je vois ma vie , ici, quelle différence !!

Guy Leroy 26/03/2008 22:49


Je crois que ta vie est plus facile que la leur, tu ne crois pas Andrée?


colette 23/03/2008 19:38

J'aime bien les photos de ces cavaliers dans la poussière de la Pampa

Guy Leroy 26/03/2008 22:54


Et tu n'as pas entendu leurs cris et leur maitrise des bêtes, aidés par les chiens, bien sur. Très impressionnant !!!...


cocole 23/03/2008 17:36

effet poussière? ou c'est la chaleurde quoi faire une bonne couverture!!!!petit coucou du dimanche! bonnes pâques bise

Guy Leroy 26/03/2008 22:55


C'est la poussière soulevée par les chevaux. Et la laine, ils en ont bien besoin pour lutter contre le froid! Bises


Sylviane 23/03/2008 16:37

Je viens de faire un bien joli voyage au travers de tes billets...Bises et Joyeuses Pâques,syl

Guy Leroy 26/03/2008 22:57


Je suis heureux que tu m'accompagnes. Le voyage n'est pas terminé, reste avec nous. Bises syl